Première rencontre avec le BDSM

Je commence à me présenter à cette histoire. Je suis un homme d’une cinquantaine d’années, avec une vie ordinaire comme tant d’autres. Marié, bête de somme des enfants, travailleur et parfois très satisfait de la vie. Ce que je vais vous dire maintenant n’a jamais été l’intention, mais il se trouve que c’était trop fort et trop difficile à contrôler. Tout a commencé avec une personne que je connais depuis longtemps et je l’appelle Jeanine pour l’histoire. C’est une femme ordinaire d’une trentaine d’années, célibataire et plutôt coriace. J’ai appris à la connaître à travers mon travail, elle m’a attiré dès la première seconde. Jolie silhouette, quelque chose de coquin dans son sourire, de beaux yeux bruns. Les hommes ne lui ont pas vraiment manqué d’intérêt, elle s’entend très bien avec eux, riant, buvant de la bière, batifolant, s’amusant mais toujours célibataire. Nous vivons dans la même ville de plus en plus souvent ; nous nous sommes vus, c’est sûr, car nous sommes tous les deux actifs dans l’organisation d’une association. J’aimais la voir et je travaillais aussi avec elle. Ça a tout de suite commencé à me chatouiller, mais je suis beaucoup trop vieux pour elle, ce n’est vraiment pas possible. Nous pouvions bien parler entre nous et elle était toujours très ouverte et honnête et c’était très agréable. Lors d’une soirée de fête, nous nous sommes tous deux tenus derrière le bar en tant que bénévoles. C’était occupé, mouvementé et très étroit, nous étions fatigués de nous croiser, nous nous touchions parfois et c’est devenu une sorte de jeu coquins. De temps en temps, je sentais ses seins longer mon dos ou elle pressait ses fesses contre mon entrejambe. Je pensais que je devenais fou, c’est vraiment en train de se produire. En fin de soirée et en faisant le ménage, on s’est bien amusé et on a pris un verre avec l’équipe d’organisation. Nous étions un peu éméchés et nous sommes rentrés à la maison à vélo ensemble. Je n’ai pas pu résister à l’envie de lui donner une claque sur son beau cul à la porte d’entrée. Mais alors elle se retourne et me frappe fort et fort avec son poing au visage et le sang coule de ma lèvre déchirée et elle rit et rentre à l’intérieur. Je marche derrière elle, je ferme la porte, je l’attrape par le bras et je lui dis “hé, vous pensez que c’est normal”. Je suis assez grand et fort et elle est beaucoup plus petite et a serré son bras très fort, ce qui a dû lui faire mal.